• 04.jpg
  • 06.jpg
  • 02.jpg
  • 07.jpg
  • 05.jpg
  • 03.jpg
  • 01.jpg

+ Perlino Comment

De Fabrice Melquiot
Conception et mise en scène Julien Bouffier
Création 2005

Dans les rues de Naples, Perlino Comment, un enfant étrange devenu adulte, perd la mémoire...

« Son trésor est foutu. Le trésor des émotions pures.
Comment vivre sans ? On ne peut pas. On ne vit bien qu'avec elles, avec leur souvenir au moins. Le souvenir des émotions pures de quand on est petit. Sinon être grand est une chose trop dure, c'est de l'escalade et on tombe... »

Attention au mirage

Le texte de Melquiot est un conte sur l’enfance. On se laisse facilement embarquer, à la lecture, dans un voyage plein de sons, de parfums, de couleurs, de réminiscences.
Ensuite, quand on cherche à en atteindre la moelle, on se rend compte de sa complexité, de son ambiguïté. Il est urgent, alors, de s’extirper de sa forme narrative pour saisir la troublante liberté de projection qu’il offre au metteur en scène.
Perlino Comment n’est pas seulement l’histoire d’une belle amitié, ce n’est pas un conte linéaire qui mène tranquillement son public jusqu’au dénouement. C'est le constat d'un homme sur la vie avec sa part de noirceur et de cruauté, une métaphore sur le temps qui passe et sur le deuil.

Manteau d’arlequin

La mise en scène de Julien Bouffier fait de Perlino Comment un spectacle qui donne le vertige. Dans une sorte de prisme qui brouille beaucoup de nos repères, il emboîte le pas de Melquiot et, avec sa propre machine à illusion, détourne le spectateur, du lit d’une histoire fleuve.
Il y a autant de Mimmo que d’enfances. Partant de ce principe, JB rassemble sur le plateau 2 comédiens, 1 danseur, 2 musiciens, 1 scénographe, 1 apiculteur, et propose à chacun de porter avec sa sensibilité, son histoire et son art, une des couleurs de Perlino, icône d’enfance.

Le texte sera déstructuré, distribué à l’ensemble de l’équipe et restitué en Français, en Italien, sonorisé ou non, en direct ou en Off, par la voix, par l’image, par l'écrit, la musique et le corps.

Voilà réunies toutes les dimensions d'un monde parallèle où le temps s’étire, où l’incroyable odyssée devient universelle.
L’être humain se perd dans un palais des glaces, chaloupé d’un bord à l’autre d’une enfance imprévisible, insaisissable, dans les échos d’un rêve, d’un passé, d’un présent intangibles.
La musique et l’image fouillent dans leurs références, les distordent, et distillent leur chaleur moite et fantasmatique du pâté de sable à Cinecitta, de la ruelle napolitaine à la crypte de l’église. Le corps s’évade de la pantomime, exulte l’ivresse de vivre et s’endort à jamais.

Avec

Lorenzo Dallai, Emmanuelle Debeusscher, Dimoné, Vanessa Liautey
Benoit Schwartz, Jean-Christophe Sirven, Zitto

Scénographie Emmanuelle Debeusscher et JB
Vidéo Laurent Rojol et JB
Création musicale et sonore Dimoné et Jean-Christophe Sirven
Création lumière Christophe Mazet

Production Compagnie Adesso e sempre
Avec le soutien du Collectif 12 - Mantes la Jolie, le centre culturel La Courée de Collégien, L'Onde - Espace culturel de Vélizy-Villacoublay