• 03.jpg
  • 02.jpg
  • 06.jpg
  • 04.jpg
  • 05.jpg
  • 01.jpg

+ Remember the Misfits

De Julien Bouffier
Création 2004 / Re-création 2005

Remember the Misfits ouvre dans le théâtre une brèche complètement cinématographique, par le dispositif, le climat, le jeu d’acteurs, et la liberté d’évasion qu'il offre… Il y a là du montage godardien, des collages et décalages inattendus d’images et de sons, des trouvailles musicales jouissives.
Comme les motifs d’un mobile qu’on aurait envie de regarder danser jusqu’à l’envoûtement, ses images tintent et respirent, magnétiques.
Alors qu’un jeune réalisateur met le feu à sa luxuriante forêt de références et fuit la tyrannie des cartésiens, une fillette s’amuse sur le plateau avec un caméscope, filme l’intérieur de sa maison de poupée, avec ce regard naïf et curieux qui nous manque tant…
Peu à peu, on suit les traces des Misfits (Les Désaxés), célèbre film de John Huston, où les personnages de Marilyn Monroe, Clark Gable et Montgomery Clift sont les laissés pour compte du rêve américain.
La présence spectrale des comédiens, réincarnations contemporaines des trois personnages, caresse le public à rebrousse-théâtre dans un voyage où le réalisateur tresse ses souvenirs aux lambeaux d'un rêve collectif.
Que reste-t-il aujourd'hui du fantasme de l'Ouest ?

Comme des compagnons

« Il est difficile pour nous de quitter une création et ses personnages. Ils continuent à vivre dans notre imaginaire longtemps après que l’aventure théâtrale soit terminée, comme des compagnons de route fantasmés.»

Dans Remember the Misfits, nous retrouvons le couple des acteurs qui jouent Marthe et Thomas Pollock dans l’Échange de Paul Claudel.
Ils sont chargés de ce passé, mais incarnent un autre couple : en rêvant sur le film de John Huston – les Misfits, nous avons inventé une nouvelle vie à ces amants où les repères se brouillent, où la mémoire vacille, où l'on ne sait plus quoi - de la réalité ou de la fiction - construit l'individu.

Remember The Misfits est une fiction basée sur les traces laissées par une œuvre de cinéma dans la mémoire d’un spectateur, metteur en scène.

C'est une fable sur le cinéma, sur les difficultés de la création, sur ses liens avec le théâtre. Un méta spectacle, un spectacle-commentaire sans sujet. Une « Poupée russe » pour perdre le public dans le prisme des possibles « soi-même ».
Un parcours de spectateur avec ses oublis et ses fantasmes, entre la connaissance et l’illusion, peuplée de correspondances et de rêveries.

Remember the Misfits fantasme du souvenir, invente de l’amnésie. Ici le « Rêveur » se demande s’il doit faire table rase du passé pour avancer, s’il doit oublier le lendemain pour enfin être là avec les autres.
Le « Rêveur », c’est Marthe, Lechy, Thomas, Roslyn, Gay, Marilyn, Clark ; le réalisateur, vous, nous.
Remember the Misfits interroge notre place de spectateur.
D’abord en confrontant l’image et l’écrit, le cinéma et la poésie, que l'on a tendance à opposer. Puis en questionnant notre mémoire. Et enfin en construisant un territoire commun. Comment envisage-t-on une pièce de Claudel ? Quels sont nos souvenirs, nos préjugés ? Se souvient-on des Misfits, ce film de Huston ? Qui garde-t-on à l'esprit, les personnages joués par Marilyn, Clark Gable, Montgomery Clift ou seulement les figures que sont devenus ces acteurs ?

Remember the Misfits questionne notre capacité à assumer la réalité, à vivre le présent. Est-ce le désir, le fantasme, qui conduisent notre vie ou l'inverse ? Existe-t-il, ce fameux principe de réalité auquel tous les espoirs des hommes de bonne volonté se cognent un jour ? L'acceptation de la réalité est-elle ou non un renoncement ? De quoi nous construisons nous ?

Remember the Misfits est un hommage aux rêves que la fiction imprime dans nos imaginaires, à ces illusions qui nous définissent aussi et participent au rassemblement de la communauté des hommes en racontant un ailleurs sublimé, où les désirs deviennent réalité.

Ce spectacle fait partie avec L'Échange du diptyque Nos Nuits américaines

Avec

Vanessa Liautey, Marc Baylet, Sarah-lou Collin, Ludovic Abgrall

Scénographie Emmanuelle Debeusscher et JB
Vidéo Laurent Rojol et JB
Création sonore Éric Guennou
Création lumière Christophe Mazet

Production
Compagnie Adesso e Sempre
Théâtres de Sète, Scène Nationale (2004)
Théâtre des Treize vents, CDN de Montpellier L-R (2005)